You are here: Home / Recherche / Axe 3 - Politiques de l’art et de la culture en éducation et en formation

Axe 3 - Politique de l'art et de la culture en éducation et en formation

Politiques de l’art et de la culture en éducation et en formation

 

Responsable : Gilles Boudinet

 

L’axe 3 Politiques de l’art et de la culture en éducation a pour originalité, dans le champ des sciences de l’éducation et de la formation, son inscription sur le terrain plus particulier de l’éducation artistique. Ce positionnement répond avantageusement à la mise en place au niveau européen de l’Education Artistique et Culturelle (EAC) dans les programmes de la scolarité obligatoire, avec des demandes croissantes de formation et de diffusion de la recherche émanant des institutions scolaires et culturelles. L’éducation artistique, dans son histoire, a toujours impliqué une double dimension : l’éducation aux arts, aux disciplines artistiques, l’éducation par les arts et l’expérience esthétique. Les travaux de l’axe trois suivent cette double dimension en se déclinant selon trois principaux domaines : 
 
Le premier concerne les « objets » impliqués par l’EAC. La question des « contenus », des « objets » d’enseignement, ou encore plus largement des « en-jeux » en éducation artistique et culturelle, est ici posée. Cette question implique d’une part un travail conceptuel sur les fondements langagiers de l’art en éducation, en interrogeant tant les définitions des contenus artistiques, de leurs valeurs, de leurs rapports aux sujets et à l’enfance, que la critique des processus, des conditions et des modalités qui guident ces définitions. Elle s’inscrit d’autre part au regard de représentations et de pratiques. Deux champs sont ainsi concernés :
- L’analyse de pratiques sociales des arts dans les dimensions de la création, notamment celles dites « de référence » au niveau du travail artistique, de la transmission et des médiations avec diverses modalités de légitimation de la réception.  
- La recherche conceptuelle : la philosophie de l’art et des langages artistiques, les axiologies des arts et enseignements artistiques, les perspectives critiques sur les pensées sur/par l’art, celles d’ordre phénoménologiques sur l’expérience esthétique et artistique, la question de l’enfance au sens lyotardien. 
 
Le deuxième a trait aux pratiques de ces « objets » sur le terrain éducatif. Ce domaine concerne les pratiques des acteurs éducatifs (enseignants, formateurs, médiateurs, élèves ou public) et les dispositifs institutionnels (en y incluant les textes, les ressources). Il s’agit de travailler en particulier sur des « nœuds professionnels », en entendant par ce terme des éléments ou situations emblématiques des problèmes (théoriques-pratiques) posés aux acteurs de l’EAC, mais aussi emblématiques de leur capacités à leur trouver des solutions. Deux grands champs sont concernés :
- La tension ressentie par nombre d’enseignants (Professeurs de Ecoles) entre l’espace artistique, avec des modes particuliers de questionnements, de pensée/sensibilité, d’évaluation, et celui propre à la « forme scolaire ». La thématique actuelle du séminaire sur « s’autoriser à enseigner les arts » se retrouve ici.
- L’analyse de procédures et dispositifs par lesquels les enseignants (Professeurs de Ecoles, Professeurs spécialisés) mettent en place des dispositifs d’EAC en résolvant cette précédente tension. 
 
Le troisième concerne la question de la formation des enseignants à l’EAC, notamment les Professeurs des Ecoles. Ce domaine repose sur les deux précédents et répond à essentiellement une visée applicative. Deux champs sont concernés :
- Les ressources (analyse, mise en place, recherche-action), notamment numériques, dont disposent les enseignants pour l’EAC.
- Les conditions et positionnements de l’EAC dans la construction d’une identité professionnelle chez les enseignants en formation.