You are here: Home Recherche >> Axe 3 : Politique des arts et de la culture en éducation et en formation 2011/2015 - Politique des arts et de la culture en éducation

2011/2015 - Politique des arts et de la culture en éducation

Politique des arts et de la culture en éducation

Responsable : Alain Kerlan

 

Equipe : Alain Kerlan (responsable, Université Lyon2), André Robert (Université Lyon2, Françoise Carraud (université Lyon 2), Françoise Odin, (INSA Lyon), Jean-François Py (Lyon 1, IUFM).

Doctorants : Véronique Chappuis, Corinne Iborra, Virginie Ruppin, Franck Giol, Evald Maillet, Annie Tholozan

Chercheurs associés : Denis Simard (Université Laval CRIPFE), Myriam Lemonchois (Université Laval, CRIPFE), Jean-Paul Filiod (Lyon 2, Modys), Laurence Loeffel (Lille 3, Cirel Profeor).

 

La place grandissante et de plus en plus instituée de l'art et de l'artiste dans le paysage éducatif et culturel contemporain avait orienté les travaux du précédent quadriennal consacrés au développement de la dimension esthétique en éducation. L'un des résultats de ces travaux établit le diagnostic d'une mondialisation de ce processus, et renforce l'hypothèse d'un paradigme esthétique en voie de mondialisation dans le champ éducatif. Un autre acquis concerne le rôle de l’artiste, et plus précisément la figure de l’artiste, à laquelle la société éducative tend de plus en plus à confier une tâche pédagogique, voire « réparatrice ». L'entrée de l'art et de la culture dans le champ de l'éducation et de la formation est aussi tout à la fois l'indice et l'un des vecteurs d'une recomposition curriculaire bousculant les partages et les frontières traditionnelles entre les disciplines et les cultures, à commencer par la frontière séparant le monde de l'art du monde des sciences et des techniques. Cette recomposition répond à des exigences à la fois épitémologiques et politiques. Ces données constituent quelques-uns des faits majeurs à partir desquels se définit le domaine de recherche que circonscrit la présente orientation.

Les recherches envisagées se situent donc dans le prolongement des travaux antérieurs, dont les bénéfices se dessinent à mi-quadriennal.  Elles se centrent en premier lieu sur la place singulière et ambiguë de l'éducation artistique dans les politiques éducatives et les politiques de l'enfance. Si on constate en effet une mondialisation du recours à l'art, aux artistes, à l'éducation artistique, pour faire face aux problèmes qu'affrontent les politiques éducatives, celle-ci se manifeste dans la demande d'évaluation et d’expertise ; demande en trompe-l’œil, où se lit moins une mesure des effets de l'éducation artistique qu'une projection des attentes dont elle est investie ; demande où se mêlent de façon confuse et ambiguë la demande politique et l’exigence scientifique. Cette ambiguïté pourrait masquer les enjeux et les évolutions que les recherches envisagées ici s’efforcent de dégager et d’analyser. Le développement des « pratiques artistiques et culturelles », des politiques éducatives de l'art, des dispositifs d'éducation et de médiation qui leur donnent corps (dans l’école, dans les institutions et les acteurs culturels, dans les objets et dans les rhétoriques) relève d’un processus qui touche aux évolutions du système éducatif et aux recompositions curriculaires. Les travaux qui sont menés dans ce champ ont pour objectif commun d'en saisir la signification, d'en mesurer les enjeux, d'en dégager les fonctions. Ils examinent concrètement les formes et les pratiques diverses par lesquelles se développent ces nouvelles figures de l'art et de l'artiste et leurs enjeux et effets curriculaires. Ils se situent à l'interface des mondes de l'art et du monde de l'École, à l'intersection de l'institution scolaire et de l'institution culturelle, de la « forme scolaire » et de la « forme culturelle », des activités et des productions de l’une et de l’autre.

La figure de l’artiste est le second point d’entrée privilégié, en raison précisément de la place clé de l'artiste dans les bougés qui affectent le système éducatif. Le recours à la figure de l'artiste en tant que paradigme esthétique est une tentation grandissante au sein de l'éducation scolaire et extra-scolaire (du moins en France). Elle est l'une des nouvelles figures du pédagogue. Elle apparaît de plus en plus à ce titre comme un indicateur significatif des remaniements à l’œuvre non seulement dans le champ de l'éducation artistique, mais plus largement dans tout le champ éducatif lui-même. Elle déplace et ré-interroge les savoirs de l'enfance et les relations enfants/adultes.

Le troisième point d'entrée se situe sur l'axe Art/Sciences et Techniques. Les interrogations novatrices portant sur le rôle, voire la nécessité de l'art et de la culture dans la formation des ingénieurs, le retour de ce qu'on appelle « formation humaine » dans la formation des élites de l'ingénierie sont examinées ici en relation avec l'hypothèse de la généralisation d'un paradigme esthétique en éducation et en formation.

Le rattachement de ces travaux à l’axe 4 du quadriennal recherche Lyon 2  constituera par ailleurs un apport original aux problématiques Image, Art, Création. Leur inscription dans un réseau international  permettra de développer les études comparatives.

 

Recherche 1 : Politiques de l’enfance : le cas de l’éducation artistique

Recherche 2 : Portraits d’artistes en pédagogues

Recherche 3 : La formation humaine dans la formation des ingénieurs

- Recherche 4 : Une classe artistique expérimentale au collège