Les collaborations professionnelles

DESIGN COUNCIL – COMMISSION FOR ARCHITECTURE AND THE BUILT ENVIRONMENT (DC-CABE)

http://www.designcouncil.org.uk/our-work/CABE/

Créé en 2011 par la fusion du Design Council (1944) et de la Commission for Architecture and the Built Environment (1999), DC-CABE entre en résonance avec le projet SKYLINE en ce qu’ils souhaitent créer des liens entre savoirs et savoir-faire dans le but d’aider à créer des communautés durables dans l’intérêt général. L’organisme a également co-signé un référentiel pour l’évaluation de la construction de tours (Guidances for tall buildings, CABE-EH) et souhaite capitaliser sur les enseignements de SKYLINE à ce sujet.

WESTMINSTER CITY COUNCIL (WCC)

http://www.westminster.gov.uk/

La mairie de l’arrondissement de Westminster (au sein du Grand Londres) participe vivement au projet au moment où le site du palais de Westminster est menacé d’être placé sur la liste du patrimoine en danger de l’UNESCO en raison de projets de tours. Les résultats de SKYLINE doivent compléter ses diagnostics paysagers.

MAYOR OF LONDON

http://www.london.gov.uk/mayor-assembly/mayor

Le Grand Londres (7,7m d’habitants) est administré depuis 2000 par la Greater London Authority, avec à sa tête un maire élu. La GLA participe au projet à un moment où les mairies d’arrondissement et l’UNESCO lui contestent sa régulation du skyline (London View Management Framework). Elle entend gagner en expertise sur la conciliation des intérêts des acteurs tout en nous permettant d’accéder aux documents et praticiens.

CBRE

http://www.cbre.fr/fr_fr

CBRE est la plus importante firme de conseil et d’évaluation immobilière au monde. Le projet SKYLINE gagnerait de cette collaboration à mieux comprendre les méthodes de valuation des tours et les stratégies des investisseurs, promoteurs et occupants des tours. En retour, CBRE pourrait bénéficier des résultats d’analyse des stratégies des acteurs des tours à Londres, Paris et Lyon, et de la prise en compte de la voix des acteurs du marché immobilier pour fonder les principes d’une réglementation collaborative.