Vous êtes ici : Accueil Recherche Objectifs, éléments d’analyse, adéquation des moyens

Objectifs, éléments d’analyse, adéquation des moyens

Objectifs, éléments d’analyse, adéquation des moyens

 

L’objectif général est de faire de l’unité l’un des laboratoires français de référence en matière de sociologie et de philosophie politique de l’éducation et de la formation. Dans cette perspective, l’UMR s’efforcera d’augmenter sa masse critique en veillant à ne pas voir se dissoudre sa problématique initiale et tout en s’ouvrant à d’éventuelles arrivées – en provenance notamment de l’espace régional - porteuses de prolongements ou de renouvellements. Sa plus-value tient à la pluridisciplinarité de ses approches (socio-historiques, sociopolitiques, philosophiques et anthropologiques) et à la mise au jour des questions émergentes les plus contemporaines dans le champ de l’éducation et la formation.

Parmi les objectifs spécifiques, on relèvera les apports, appuyés sur  la mise en perspective à moyen ou long terme historique, que l’UMR sera en mesure de fournir pour éclairer les évolutions les plus récentes ou en cours de la forme scolaire, susceptibles de faire advenir un nouveau modèle de socialisation formative, et donc pour éclairer les politiques qui  accompagnent ces évolutions :

- Dégager, à partir de l’analyse des transformations de l’activité enseignante, des éléments de modélisation utilisables dans les nouvelles modalités de la formation dispensées dans le cadre de la mastérisation de cette formation.

- Contribuer à une meilleure connaissance de  l’univers idéologique des enseignants, susceptible de renseigner les formateurs sur leurs évolutions, comme producteurs possibles et comme objets d’une pensée critique relative à la conception de l’école.

- En lien notamment avec l’Observatoire national sur la formation, la recherche et l’innovation sur le handicap, et dans la suite de la loi du 11.02.2005, participer –par la production de connaissances nouvelles- à la redistribution culturelle de la question du handicap dans la société ainsi qu’à l’inclusion des handicapés dans l’école et les dispositifs de formation.

- Contribuer, notamment par le moyen du comparatisme, à la clarification des problèmes relatifs à la diversité culturelle dans l’école, et définir – à partir de l’analyse d’expériences – des propositions d’enseignement des faits religieux articulées à la préservation d’un « monde commun » (en lien avec l’Institut scientifique des religions et de la laïcité (ISERL).

- Mettre à l’épreuve, à travers une pluralité d’expériences pédagogiques et en référence à une comparaison internationale de politiques de l’enfance, la pertinence de la généralisation d’un paradigme esthétique en éducation.

- Observer, comprendre, expliciter les logiques de représentation et de construction des savoirs dans un contexte de renouvellement curriculaire et méthodologique (approche par les compétences, socle commun) particulièrement dans le domaine des sciences et en référence aux possibles effets induits par l’usage des nouvelles technologies.

- A partir des bouleversements affectant l’enseignement supérieur, (politiques, publics, technologies) et exerçant une pression au changement dans les modes d’enseignement et les modes d’apprentissage, identifier et analyser les tensions éprouvées par les enseignants et les étudiants pour adapter et renouveler leurs pratiques et leurs manières de travailler.

- Saisir les multiples dimensions de renouvellement de la forme scolaire au bénéfice de l’émergence d’un possible nouveau modèle de socialisation formative, dans le contexte européen et sous de nouvelles modalités de fonctionnement de l’Etat. A cet égard, on relèvera que l’analyse des dispositifs et pratiques de formation fournit un cadre pertinent de questionnement de ce nouveau modèle et permet de prendre en compte, outre ceux de l’Europe et du fonctionnement de l’Etat, d’autres paramètres (tels que : évolutions des métiers, restructurations des champs professionnels…).

Gouvernance :

L’EA est dirigée par un directeur assisté d’un Conseil. Elle dispose d’un règlement interne qui organise son fonctionnement (voir document en annexe). Elle établit une convention avec chaque établissement associé (voir annexes).