Vous êtes ici : Accueil Recherche >> Axe 3 : Politique des arts et de la culture en éducation et en formation 2011/2015 - Recherche 4 : Une classe artistique expérimentale au collège : éducation artistique et réussite scolaire

2011/2015 - Recherche 4 : Une classe artistique expérimentale au collège : éducation artistique et réussite scolaire

Equipe : Alain Kerlan (PU, UMR Education et Politiques Lyon 2), Françoise Carraud (MCF, UMR Education et Politiques Lyon 2), Françoise Lantheaume (MCF, UMR Education et Politiques Lyon2) Jean-François Py (MCF, Université Lyon1 IUFM), Corinne Iborra (PRAG, Université Lyon1 IUFM), Camille Llorca (doctorante, Lyon 2), Véronique Chappuis (doctorante Lyon2, professeure associée INRP).

 

Cette recherche sera conduite dans le cadre d'une demande d'expertise adressée par l'ADDM 34 – Conseil Général de l'Hérault à l'équipe UMR travaillant sur les questions d'art en éducation. A partir de la rentrée scolaire 2010/2011, le collège Les Escolliers de la Mosson, collège implanté dans un quartier populaire de Montpellier et inscrit dans le réseau ambition réussite, disposera d'une classe artistique expérimentale.

L'expertise concerne l'évaluation de ce dispositif pédagogique expérimental. Il a pour objectif d'intégrer les pratiques artistiques dans un projet pédagogique transdisciplinaire pour favoriser la réussite de l'élève. Le concept de « classe artistique expérimentale » (CAE) et l'objectif qui lui est assigné reposent explicitement sur le constat de l'impact positif des activités artistiques et culturelles sur le développement personnel des élèves, mais aussi sur les apprentissages – constat régulièrement souligné par les enseignants – et sur les travaux qui permettent d'éclairer et d'étayer ces constats.

A partir de la rentrée 2010, un « observatoire » conçu et piloté sous la direction scientifique d'Alain Kerlan accompagnera  cette expérimentation. Il permettra d'en assurer le suivi longitudinal, de la classe de 6ème à la classe de 3ème, pendant quatre années consécutives. Centré prioritairement sur les élèves, mais aussi sur le travail des artistes et des enseignants avec les élèves, il portera sur les facteurs de la réussite scolaire sur lesquels les pratiques artistiques sont susceptibles d'exercer des effets  positifs : repère identitaire, lien social, rapport au savoir et au sens des apprentissages, estime de soi.

Une ou deux thèses de doctorat en sciences de l'éducation auront cet observatoire pour objet et en assureront le suivi. Les hypothèses sur lesquelles reposeront les investigations sont les suivantes :

  • C’est dans la nature même et la spécificité de l’expérience esthétique qu’il faut chercher la clé des raisons et du « comment » de l’efficacité éducative de l’art.
  • La pratique artistique contribue de façon spécifique à l’éducation cognitive. Elle sollicite et développe notamment les capacités d’attention et de concentration, ainsi que le sens du problème.
  • La pratique artistique est un travail différent du « travail scolaire ». Elle relève d’une logique d’atelier, différente de la logique didactique. La particularité de ce travail doit être prise en considération dans l’analyse des effets éducatifs de l’art.

 

- L’impact positif des pratiques artistiques sur le développement (des enfants) est lié à l’établissement d’une « zone de développement proximal » spécifique.  Le cadre même et les finalités des pratiques artistiques modifient à la fois les attentes à l’égard des compétences des enfants et les conditions de développement de ces compétences. Pour comprendre les effets et le fonctionnement  de cette « zone de développement proximal » spécifique, il est nécessaire d’étudier de façon fine et singulière, et sur un temps assez long, « ce qui se passe » entre tel élève et l’artiste engagés tous deux dans le travail artistique.

 

- Les particularités de la pratique artistique dans un cadre éducatif modifient la structure et l’exercice  de la relation éducative. Cette modification est particulièrement marquée lorsqu’il s’agit du travail de l’artiste avec l’enfant. D’une façon générale, la relation enfant-artiste laisse place à une forme d’horizontalité au sein de la verticalité. Quelles en sont les conséquences ?

 

- Les effets de l’art et l’impact positif des pratiques artistiques à l’école ne s’exercent pas seulement sur les élèves. Ils concernent également les enseignants et le travail enseignant, la classe et le groupe-classe, l’établissement lui-même. D’une façon générale, ils affectent la forme scolaire.