Vous êtes ici : Accueil Recherche Axe 3 : Politique des arts et de la culture en éducation et en formation 2011/2015 - Recherche 3 : La formation humaine dans la formation des ingénieurs

2011/2015 - Recherche 3 : La formation humaine dans la formation des ingénieurs

Responsables : Françoise Odin, Alain Kerlan, François Baluteau

 

 

Le regard porté sur les formations françaises d’ingénieurs est parfois sévère : maintien d’un modèle généraliste, plus propice aux fonctions managériales qu’à l’innovation technologique ; des sciences dites « appliquées » et tenues comme le mode dégradé et impur de la science dite « fondamentale » ; inexistence de passerelles dans les filières de formation, faible place accordée, dans les maquettes pédagogiques, aux sciences humaines et sociales, considérées encore comme un supplément d’âme.

Face aux défis à relever, la question des contenus pédagogiques et des modes d’apprentissages des savoirs – les curricula – semble une variable clé, mais peu investiguée, peu formalisée. Ce projet de recherche se propose d’approfondir ce « défi pédagogique » : quels curricula sont aujourd’hui nécessaires pour permettre aux ingénieur(e)s en formation «d’acquérir l’esprit de créativité, d’apprendre à réfléchir et imaginer des solutions dans des environnements ouverts, à maîtriser des systèmes complexes et pas simplement compliqués» ?

D’autant plus que la formation humaine et sociale, présente dans les curricula d’ingénierie en écoles d’ingénieurs, apparaît comme « une nébuleuse » : imprécision des objectifs et des contenus, diversité des profils d’enseignants, diversité des savoirs engagés et des disciplines impliquées. Elle demeure une formation peu interrogée par les chercheurs, notamment en sciences de l’éducation (comparativement aux recherches sur le lycée ou le collège), ou peu questionnée dans les écoles elles-mêmes. Quels « savoirs d’humanités » sont aujourd’hui souhaitables et possibles en écoles d’ingénieurs ? Comment les transmettre de manière à préparer les élèves-ingénieurs à la créativité dans des environnements ouverts et complexes ? Dans ce cadre, les dimensions esthétiques et littéraires, au sens large, ne peuvent-elles pas jouer un rôle performatif majeur ?

Telle est l’intention du présent projet : s’intéresser aux dispositifs pratiques – les curricula de formation humaine et sociale – et au déploiement des savoirs d’Humanités dans un monde structuré par des impératifs techniques et économiques – ce que nous appelons des « situations d’ingénierie ». Il s'agira donc :

  1. De disposer d’une meilleure connaissance des curricula de formation humaine en écoles françaises d’ingénieurs, comparativement aux curricula des universités techniques européennes ou nord-américaines. Mieux comprendre comment ces curricula sont conçus, mis en œuvre, actualisés, appropriés. A qui cette formation est confiée.
  2. De comprendre la manière dont les savoirs d’Humanités – l’expression est ici équivalente à « formation humaine et sociale des ingénieur(e)s » – sont déployés, mis en œuvre, mobilisés et actualisés dans les milieux socio-productifs et en situation d’ingénierie.
  3. De recenser et d'analyser les expérimentations  de modes appropriés de transmission / appropriation des savoirs d’Humanités dans des environnements désormais ouverts et complexes, à partir de dimensions jusqu’alors peu mobilisées, telles les dimensions esthétiques et littéraires.