Vous êtes ici : Accueil Recherche Axe 1 : Professionnalités, activité, trajectoires Axe 1 (2010-2015) Recherche 3 : Professionnalité des enseignants et pensée critique

Recherche 3 : Professionnalité des enseignants et pensée critique

Responsable : André Robert

 

« Pensée des enseignants » n’est pas entendue ici au sens de F. Tochon, pour qui il s’agit d’une pensée professionnelle située, touchant essentiellement aux pratiques d’enseignement dans la classe, encore que cette dimension ne soit pas à bannir de notre réflexion, à condition de l’inclure dans une vision plus globale de l’école (Tochon, 2000). La notion de « pensée enseignante » ou des enseignants, telle qu’utilisée ici, concerne en effet la conception de l’institution scolaire et de ses finalités, possiblement saisie dans telle ou telle de ses composantes. Ce que recouvre par ailleurs le concept de pensée critique doit être entendu dans cette recherche en un sens plus fort que les seules protestations et revendications passant par le canal des pratiques syndicales et politiques ordinaires (quoique les syndicats et les partis politiques puissent être des relais de cette pensée). Par pensée, nous entendons ici un type de discours qui relève d’une véritable élaboration intellectuelle, rationnelle, procédant de la mise en cohérence, voire en système logique, d’arguments et d’idées, et non de simples opinions, en l’occurrence en matière éducationnelle. En articulation avec cette définition, « critique » renvoie à la tendance d’un esprit qui n’admet aucune affirmation sans en avoir éprouvé la légitimité rationnelle précisément, passant les diverses propositions discursives dans tel ou tel domaine au tamis de la raison discriminante. La pensée critique ainsi définie nous paraît constitutive d’une professionnalité aujourd’hui de plus en plus référée au pouvoir de décision des acteurs et à leur responsabilité.

La construction de la distance et de l’extériorité, à condition de se soumettre aux exigences de l’argumentation rationnelle, se trouve donc au fondement de toute pensée critique, au sens où l’entendait par exemple Adorno : « Lorsque la culture est acceptée dans son ensemble, elle a perdu le ferment de sa vérité, la négation » (Adorno, 1955). Dans cette perspective, l’ouvrage de Boltanski et Chiapello Le Nouvel esprit du capitalisme (1999) constitue une autre référence fondatrice par son ouverture sur une sociologie des acteurs critiques.

 

Recherche 4 a : La pensée critique des enseignants, de leurs associations, nationales et internationales, aux temps de la mondialisation, du XIXe au XXIe siècle

Responsable : André Robert

Recherche 4 b : La « critique artiste » dans l’école

Responsable : Alain Kerlan